Bilan Séries 2020

Je vais aller droit au but, cette année on a eu du lourd en séries avec notamment ces sorties :

Après le décès d’une jeune fille au pair, Henry Wingrave engage Dani, une jeune américaine sans expérience, pour s’occuper de ses neveux, Miles et Flora. Mais de sombres secrets se cachent dans le manoir où ils habitent… et les morts peuvent faire leur retour.

Vu l’énorme crush que j’ai eu pour The Haunting of Hill House, autant dire que mes attentes crevaient le plafond. J’ai adoré retrouver le casting et ce thème de la maison hantée dans une ambiance 80’s au Royaume-Uni. J’attendais de ressentir ce même effroi, cette paralysie qui m’a scotché devant la première saison, si bien que je l’ai dévoré en une nuit. Il n’y avait aucune terreur dans Bly Manor, mais attention j’ai aimé l’ensemble. On était plus dans le suspens que dans l’angoisse, avec beaucoup de romance et de drames. J’ai dépassé mes attentes, et malgré cela c’était plutôt sympa à regarder.

En revanche je note quelques aspects négatifs, comme ces scènes répétées plusieurs fois, en boucle comme un vieux disque rayé, c’est d’une telle lourdeur que j’ai dû me faire violence pour continuer à un moment. J’adore Victoria Pedretti, elle est d’une beauté incroyable et sait émouvoir d’un rien, en revanche elle n’a que deux expressions le long de la série… Je suis pour la narration à tiroirs mais là c’est trop, ils sont si nombreux qu’on se perd, se demandant où veut en venir le réalisateur.

Quoiqu’il en soit, le dénouement était imprévisible et l’atmosphère véritablement émouvante. Les GROS BONUS : retrouver le thème musical de la première saison et cet épisode en noir & blanc c’tait super !

Note : 3.5 sur 5.

En 1947, l’infirmière Mildred Ratched arrive à Lucia en Californie du Nord. Ancienne infirmière de guerre, Mildred souhaite rejoindre l’équipe de l’hôpital psychiatrique du Dr Richard Hanover. Au premier abord, elle semble être froide mais tout à fait normale. En réalité, elle cache des secrets, une face très sombre ainsi qu’un lien avec Edmund Tolleson, un homme arrêté pour avoir violemment assassiné un groupe de prêtres. Arrivée à l’hôpital, elle va être témoin de pratiques de torture comme la lobotomie. Sa rencontre avec Gwendolyn Briggs, la responsable de campagne du gouverneur de Californie, va également bousculer sa vie. La série explore alors ce qui va la conduire aux événements de Vol au-dessus d’un nid de coucou et qui vont faire d’elle l’un des monstres les plus célèbres de la littérature et du cinéma.

Alors là… j’étais vraiment impatient de regarder cette série avec un casting parfait et réalisé par le talentueux Ryan Murphy. On a là un menu qui donne envie ! On a une ambiance qui se rapproche beaucoup d’American Horror Story avec une Sarah Paulson à l’apogée de sa carrière. Elle est parfaite pour ce rôle ! J’ai encore été bluffé par son jeu d’actrice malgré un scénario complètement tiré par les cheveux. J’ai mis deux semaines à finir cette série tellement qu’elle était rude psychologiquement. On a énormément de violence, d’homophobie, il s’agit des prémices de la psychiatrie et ça fait carrément froid dans le dos ! Malaisant à certains moments, j’ai failli abandonner mais le dénouement est surprenant et j’ai hâte de voir une suite.

Note : 4 sur 5.

Après le meurtre de leur père dans d’étranges circonstances, les frères et sœurs Locke emménagent avec leur mère à Keyhouse, leur maison ancestrale, où ils découvrent des clés magiques potentiellement liées à la mort de leur père.

On a là un énorme coup de cœur qui me donne clairement envie de dévorer la série de bandes-dessinées ! Le casting est sympa, je ne connaissais qu’une seule actrice, le reste m’étant inconnu. On s’attache aux personnages, l’intrigue est bien ficelée, le suspens est présent, ce côté fantastique qui n’en fait pas des tonnes, du drame mais juste ce qu’il faut pour que je sois sincèrement ému à certaines scènes. J’en dis pas plus mais clairement, ça vaut le coup d’y jeter un œil !

Note : 5 sur 5.

Un jeune chevalier en formation nommé Tiuri se lance dans une quête épique afin de livrer une lettre secrète au Roi. En chemin, il se retrouve au centre d’une prophétie magique qui prédit l’arrivée prochaine d’un héros. Lui, seul pourra vaincre le prince impitoyable, ennemi du Roi, et rétablir la paix dans le royaume.

Une belle surprise pour cette série américano-hollandaise ! J’ai été happé dés le premier épisode. Certes c’est gentiment niais par moment, caricatural avec ses clichés de la fantasy mais ça ne m’a pas empêché d’aimer suivre les aventures de Tiuri et de sa joyeuse bande de jeunes chevaliers. On les voit grandir rapidement, on s’attache à eux face à un ennemi redoutable (et tellement sexy omg). Le rythme ne s’essouffle pas le moindre instant et malgré une fin assez prévisible l’ensemble reste intelligent et agréable.

Note : 4 sur 5.

Dans une Amérique alternative où les sorcières ont passé un accord avec le gouvernement 300 ans plus tôt afin de ne plus être persécutées, trois jeunes femmes démarrent leur entraînement pour devenir des combattantes hors pair utilisant la magie au Fort de Salem.

J’ai une sorte de fascination pour les sorcières, alors dés que je tombe sur un livre, un film ou une série c’est quitte ou double. C’est une réussite absolue pour une première saison ! On a du girl-power (enfin) avec un casting quasi entièrement féminin, du surnaturel (ici les sorcières utilisent leurs cordes vocales) et un ennemi omniscient, aux multiples visages et terrifiant. Je suis tombé dedans dés le premier épisode ; s’en est suivi une suite ininterrompue d’intrigues vicieuses, de twists surprenants et de moments émouvants ! Tout ça pour dire, je trépigne d’impatience pour la saison 2 actuellement en cours de réalisation !

Note : 5 sur 5.

Dans cette relecture de la légende arthurienne, Nimue allie ses jeunes forces à celles du mercenaire Arthur pour partir à la recherche de Merlin et d’une ancienne épée.

Un seul mot : affligeant ! J’attendais cette réalisation depuis son annonce, depuis que j’ai eu en ma possession le livre à l’origine de…ça ! Franchement, on ne manque pas d’adaptations des légendes arthuriennes et, en plaçant la Dame du Lac au centre de son histoire, Netflix nous vendait carrément du rêve ! Enfin une adaptation ambitieuse. Malheureusement, l’histoire a pris un chemin dont j’ai jamais pu comprendre la finalité, elle s’est éloignée de l’œuvre originale et j’ai lâché l’affaire au bout de 3 épisodes. Des transitions tellement écœurantes que j’avais l’impression de regarder Kid Paddle, des dramas en veux-tu en voilà, une héroïne absolument pas convaincante et insupportable avec cette pseudo relation encore plus insupportable. BREF C’ETAIT INSUPORTABLE ! Hashtag colère.

Note : 0.5 sur 5.

Plus de sept ans après que le monde soit devenu un désert de glace, un groupe de personnes habite un gigantesque train en mouvement perpétuel.

J’étais plutôt hypé que Netflix propose une réinterprétation du film mais j’ai vite déchanté avec notamment le choix de cet acteur pour jouer Andre Layton qui est une erreur monumentale. Il lit son scripte avec une telle inexpérience que je ne saurais faire pire. Bref j’ai tenu deux épisodes pour comprendre qu’on avait affaire à un remake fade, trop américanisé (je ne vois d’ailleurs pas le moindre asiatique dans le casting) et sans le moindre suspens.

Note : 0.5 sur 5.

Enfin voilà la fin de ce bilan. On peut dire que dans l’ensemble il y a eu de belles découvertes et des coups de cœur malgré ces deux énormes déceptions !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s