La fin et autres commencements de Veronica Roth

Synopsis : Six univers. Dans chacun de ces mondes futuristes parfois proches du nôtre et parfois si différents, la technologie transforme les êtres et façonne de nouvelles possibilités. Pourtant, chacun reste confronté à des problématiques profondément humaines. Plongez dans ces futurs, et explorez des histoires de mort et de renouveau, de haine et d’amour, de vengeance et de pardon… dont la fin n’est qu’un nouveau commencement.

Note : 1.5 sur 5.

Il s’agit d’un recueil de nouvelles de science-fiction et faut dire que c’est quelque chose d’assez atypique; c’est la première fois que je vois ça. Thème cher à l’autrice avec notamment sa saga best-seller Divergente, on voyage dans six univers futuristes et différentes histoires. Je vais vous détailler un avis par nouvelle, histoire d’avoir un aperçu général du pourquoi/comment ! Le but de la nouvelle c’est d’entrer directement dans l’action, on n’a pas le temps pour le blabla, on fonce et on veut une fin marquante; or ici, il n’y a rien de fou. C’est plat.

Inertia : Ma préférée et j’ai vraiment cru que j’allais avoir un coup de cœur dés les premières pages. Qui n’a jamais rêvé de pénétrer la conscience d’un proche, de faire un dernier adieu. Ça m’a de suite fait penser à Vampire Diaries quand exemple Katherine est mourante et que Stefan se glisse dans sa tête pour lui faire voir des choses. C’est à peu près similaire sauf que là c’est dans un hôpital, c’est un acte médical et tu te connectes disons à quelqu’un. C’était sympa mais gros problème : Où est la science-fiction ici ? Certes on en est pas encore là, mais hormis le fait de pénétrer la conscience il n’y a rien d’autre, hormis une série de souvenirs amoureux.

Les Fileuses : La planète est un véritable melting-pot d’aliens en tout genre, deux sœurs se retrouvent après la mort de leur mère, en quête de son assassin. Il y a eu de l’action, c’était pas trop mauvais mais on reste juste sous le niveau de la surface, on entre pas plus que ça dans l’histoire. Rien ne me touche, je tourne les pages comme si un courant d’air traverse mon crâne. Le seul aspect positif : Veronica Roth sait narrer des scènes d’action, de bagarre et c’est ce qui sauve cette nouvelle. Bon sang on est sacrément loin de Divergente !

Les Ecoutants : Je mentirais si je disais que cette nouvelle n’est pas originale. Elle l’est véritablement. Pourtant je n’ai pas ressenti la moindre émotion encore. Non mais sérieux, certes il s’agit d’un format réduit, mais ce n’est pas une raison pour ne pas étoffer, creuser ses personnages. J’ai l’impression d’imaginer des coquilles vides.

Vim & vigor : On a un trio de lycéennes fan de comics. L’une d’elle hésite entre deux crush pour son bal de promo. Voilà… encore une fois où est la science-fiction ?!! Bref c’était navrant, ennuyeux à mourir.

Carapaçonnés : La moindre des choses, c’était de me prévenir que cette nouvelle faisait partie de l’univers de Marquer les Ombres, livre que je n’ai pas lu pour le moment. D’où le fait que je ne suis pas rentré dans l’histoire.

Le Transformatiste : Abandon après une quinzaine de pages. Incipit trop long et lassant.

Veronica Roth m’a fait rêver avec Divergente, mais souvent ce qui vient après une saga mondialement reconnue, eh bien c’est du moins bon. Or, j’avais de hautes attentes. Elle n’a tout bonnement pas compris la finalité de la nouvelle et j’en ai lu une quantité pour dire que c’est un format que j’affectionne particulièrement ! Bref, première lecture et déception de l’année !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s